Asie / Thaïlande

Le mur

Amateurs d’histoire, de vieilles choses (ne pas confondre avec Jeanine Sutto) et d’exotisme, vous allez être servis aujourd’hui. Allez vous faire un bon petit café fait de grains frais torréfiés et moulus avant de commencer la lecture de cet article, car si vous nous enviez trop, vous pourrez vous dire qu’au moins votre café est bien meilleur que notre Nescafé instantané parfois trop chaud ou parfois trop « frette » avec du sucre trop humide en « motton » et de la poudre Coffee Mate pour substituer le lait. Excitant, n’est-ce pas? Alors, gâtez-vous, mettez-y de la crème fouettée, allez-y cochon, allez-y, faites-nous envier votre café! Bon… Vous êtes prêt? Avec votre ti-café de frais chié? Oui? Bon! Ok, on commence!

Ça commence mal : vous m’énervez déjà avec votre café qui a l’air trop bon! Bon, ok, on y va!

AYUTTHAYA

Nous sommes arrivés à Ayutthaya en train. Cette journée-là, on a découvert qu’en Thaïlande, il fait vraiment chaud. En plus, cette journée-là, on a découvert que nous ne sommes pas encore dans les mois les plus chauds. Comme d’habitude, avec toutes les recherches sur les internet effectuées, Dominique a réussi à trouver la perle rare, un hôtel vraiment pas cher avec… Une piscine! (Faites jouer la piste numéro 2 du CD que nous vous avons envoyé par la poste… QUOI? Vous ne l’avez pas reçu? Sacrilège! En tout cas, sérieux, vous manquez de quoi…)

Et ce fut le temps d’aller visiter les ruines qu’Ayutthaya nous offrait. On s’est loué des vélos afin de découvrir la ville. Les ruines sont fabuleuses, notre coup de cœur va pour le Wat Chai Wattanaram au coucher du soleil. Wat veut dire temple en thai. Ne pas confondre avec le Wat Atatow, qui n’est pas un temple qui voue un culte à Michel Couillard. Outre ses ruines, Ayutthaya n’est pas une ville très belle. Heureusement que le soir, il y a avait un très beau marché de nuit, où on a mangé une fondue thaï avec crevettes et poulet pour 150 bahts, c’est-à-dire 5 piastres pour 2 personnes.

Et dites-vous que si vous passez par là et que vous vous louez un vélo, espérez que votre hôtel ait une piscine. On va vous donner un petit indice; le nom de l’hôtel est le Sherwood House! On est fin de même, on vous donne nos petits secrets sans rien demander en retour pendant que vous savourez votre café de bobo dans le confort de votre foyer. On fait tous les efforts pour vous!

LOPBURI

Lopburi veut dire en thaï « La ville où les singes mangent le cerveau des humains pour dominer le monde ». J’avoue que c’est un peu brutal comme traduction, mais c’est pas moi le fondateur de Lopburi! Donc, vous avez sans doute compris que Lopburi est une ville peuplée de singes qui mangent le cerveau des humains pour dominer le monde. Sauf qu’ils ne raffolent pas du cerveau humain finalement, alors on comprend vite que leur priorité n’est pas de dominer le monde.

Les singes vivent bel et bien dans la ville. On dénombre environ 4 000 individus dans la cité. Selon certains, il y aurait 2 clans. Le clan numéro 1 vit dans les rues autour de la ruine de Prang Sam Yot. L’autre clan a pris comme résidence la ruine elle-même, et celui-là est beaucoup plus habitué aux humains, car les singes ne se gênent pas de leur grimper dessus. Au coucher du soleil, le clan qui se tient dans les rues semble avoir doubler tellement il y en a. Parfois, les deux clans se font la guerre. C’est comme la Guerre des Clans, sauf qu’ils ne répondent pas à un sondage auquel 100 Thaïlandais et Thaïlandaises ont dû répondre, ce sont des singes, IlS NE PARLENT PAS!!!! Arrêtez de vivre dans vos pensées magiques de Walt Disney et de TQS!

P.-S. En passant Lopburi, ça ne veut pas dire pour vrai « La ville où les singes mangent le cerveau des humains pour dominer le monde » en thaï… je sais même pas si ça veut dire de quoi!

N’oubliez pas de prendre une petite gorgée de ce bon café chaud qui sent bon avant qu’il devienne froid. Ha, tiens, le chat (ou le chien ou le hamster) vient se coucher sur vous! Vous êtes bien et confortable! Allez, continuez la lecture!

SUKHOTHAI

Nous voilà à Sukhothai! Notre dernier arrêt avant d’aller à Chiang Mai. Encore des ruines! Mais les plus belles selon moi, et les plus tranquilles. On s’est encore loué un vélo, et à 7heures du matin, nous étions sur le site. Le site du Vieux Sukhothai est immense, on peut y passer une journée au complet, contrairement à un CD de Sylvain Cossette qu’on a de la misère à écouter pendant 1 minute au complet. (Avouez, combien d’entre vous attendiez la première joke sur Sylvain Cossette?)

Et puis, votre café était-il bon?

**********
LE MUR

Une situation assez frustrante est la barrière de la langue, car j’aime parler aux gens et connaître ce qu’ils sont. Outre les ruines, les plages, la bouffe et l’exotisme, il y a les rencontres. Oui, je parle anglais, mais les Thaïs ne font que le baragouiner, et encore.

En Amérique Centrale, c’était simple. Il n’y a qu’une seule langue à apprendre et c’est l’espagnol. J’aurais été un peu con de ne pas l’apprendre quand j’avais prévu d’y être pour 4 mois. Surtout que l’espagnol est très simple.

Mais là, apprendre le thaï, le laotien, le cambodgien, le vietnamien, le mandarin, ça commence à relever du génie. Donc, l’anglais est l’option la plus simple.

Par contre, pour avoir un contact, le plus simple c’est d’apprendre plus que Bonjour et Merci en thai. Je me suis téléchargé une application pour apprendre cette langue. J’ai réussi à apprendre quelques phrases qui ont changé le contact avec les gens, le tout mélangé avec des gestes exagérés afin qu’on puisse se comprendre.

Quand tu es capable de dire plus que les classiques Bonjour et Merci, les Thaïs se rendent compte de l’effort que tu fais. Ils deviennent beaucoup plus amicaux et veulent vraiment te faire connaître leur pays et leurs coutumes. Nous étions dans le train entre Lopburi et Phitsanulok, et avec mon thaï de base, nous avons eu un échange fantastique avec une dame qui nous faisait goûter la bouffe que les gens vendent dans le train.

Ils semblent être honorés que les farang (gringo en Asie) veuillent en savoir plus en apprenant quelques mots de leur langue. Le mur disparaît pendant un instant.

Ça me fait rappeler un peuple d’irréductibles qui se situe au nord-est de l’Amérique et qui m’est très familier….

Advertisements

2 avis sur « Le mur »

  1. continue a écrire, tu me met un sourire au visage et j’espère que tu quittes bientôt la thailande car une autre soreloise s’en vien!(moi-même) ton voyage serait moins dépaysant! hihi!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s